La grotte Scladina bientôt en réalité virtuelle

pavillon01.JPGDigiArt est un projet innovant destiné à rendre virtuellement accessible le patrimoine culturel et qui est doté d'un budget européen de près de 3 millions d'euros.

Des universités, des sociétés privées et des musées ont uni leurs forces afin de développer une nouvelle façon de présenter les objets du patrimoine culturel en 3D grâce à la réalité virtuelle.

DigiArt est un vaste projet européen destiné à fournir aux acteurs du patrimoine des solutions innovantes, rentables en terme de coût, de traitement et de présentation des objets culturels.

Le projet DigiArt va radicalement changer la manière dont le public interagit avec le patrimoine matériel. Ce projet est développé par un consortium de 7 partenaires académiques, privés et muséaux (L'Université John Moore de Liverpool, le Centre pour la Recherche et la Technologie Hellas, le Centre National de la Recherche Scientifique, Le Musée des Tombes Royales d'Aigai, Pix4D, Vulcan UAV et le Centre Archéologique de la Grotte Scladina).

DSC_0074.JPG

Le consortium vise le développement d'un logiciel informatique destiné à reconnaître et à identifier les objets par leur forme. Il en résulterait, selon leurs propres termes, "l'internet des objets historiques" où les artefacts seraient accessibles de partout, tout le temps sur des appareils connectés. Toute personne connectée à Internet tiendrait virtuellement un objet du musée et serait en mesure d'en trouver des similaires ailleurs dans le musée ou dans un autre musée dans un autre pays. Le projet ambitionne de présenter des artefacts dans leur contexte via un environnement immersif en réalité virtuelle ou augmentée. Cette réalité virtuelle sera le fil rouge des histoires qui reconstitueront le contexte des objets.

DSC_0043.JPG

La diversité des objets et des espaces muséaux tests s'avèrent être d'excellents défis pour les ingénieurs qui devront fournir, dans le futur, un outil utilisable dans tous les musées. La numérisation du patrimoine passera autant par l'utilisation de drones/véhicules volants autonomes (VAA) pour l'enregistrement de sites de grandes ampleurs que par des scanners qui concerne la joaillerie fine.

Selon Dominique Bonjean du Centre Archéologique de la Grotte Scladina : "Ce projet passionnant et la technologie développées offrent de nombreuses possibilités. Dans le cas de la Grotte Scladina, cela permettra aux visiteurs de découvrir la grotte préhistorique par le biais d'une expérience unique en réalité augmentée. C'est comme si les visiteurs étaient présents à Scladina lorsque les Néandertaliens de passage y abandonnèrent leurs outils et comment nous, en tant qu'archéologues, interprétons le passé depuis les couches stratigraphiques et les outils et ossements qu'elles contiennent."

DSC_0024.JPG

Commentaires

  • Super le progrès

    Albert

  • Merci pour cette belle nouvelle, c'est avec impatience que je vais attendre de pourvoir visiter, dans mon fauteuil, cette grotte que j'ai déjà vue à maintes reprises et que j'aurai toujours plaisir à revoir, car même si il y fait sombre dans certains coins, rien de tel que la réalité du touché !

    Un petit plus......
    https://www.youtube.com/watch?v=8PbHSjJvYPk

Les commentaires sont fermés.