Les trairies : une grande tradition andennaise pour fêter Noël

andenne,trairies,jeu,cartesLe jeu des trairies consiste en une partie de cartes réunissant 10 joueurs. Ses règles, par leur simplicité, en assurent le succès tant auprès des adultes que des enfants.

En effet, elles sont comparables à celles de la bataille.

Merci à l'Office du Tourisme d'Andenne pour le texte.

Petite histoire locale :

Depuis plus de 200 ans, les Andennais perpétuent, à Noël, une coutume locale : les trairies. A l'origine, les trairies se déroulaient dans les trois boulangeries de la Place du Perron.

Les Andennais ont toujours adoré jouer aux trairies. Un texte de 1899 signale déjà que la foule se pressait devant les trois boulangeries où caves, chambres, cuisines et greniers se transformaient en salles de jeu pour l'occasion. Pas moins de 270 parties étaient ainsi jouées et près d'une tonne de cougnous était mise en jeu à la sortie de la messe de minuit.

andenne,trairies,jeu,cartes

Les réjouissances duraient jusque dans "l'avant-dîner" du 25 décembre. On les reprenait également à la Saint Etienne, le 26 décembre, qui était un jour chômé à Andenne. Les recettes cumulées des trois boulangeries équivalaient au salaire annuel d'un ouvrier. C'est dire l'engouement des Andennais pour leurs trairies. A la fin du 19ème siècle, les trairies étaient perçues comme un "jeu de campagnards des hauteurs" auquel n'aurait jamais voulu se mêler le bourgeois andennais. Mais, depuis la fin de la Première Guerre Mondiale, les trairies représentent l'occasion de réunir les Andennais de toutes les couches sociales.

Quelques règles et variantes des trairies :

L'éthymologie du terme "trairie" nous informe déjà sur les bases du jeu. En effet, on raconte à Andenne, que "trairie" viendrait du verbe latin "trahere" qui signifie "tirer". Il s'agit d'un jeu de cartes où chacun des participants voit son jeu tiré au hasard. La partie se déroule en 5 manches. Le batteur mélange les cartes, il donne le paquet à son voisin de droite qui les coupe. Le batteur reçoit les cartes en retour et les passe à son voisin de gauche qui les distribue. La distribution se fait dans le sens des aiguilles d'une montre, le distributeur se sert en dernier. Il retourne la première ou la dernière carte du paquet (sur ce point l'usage hésite). Cette carte devient l'atout. Les 10 joueurs retournent leur carte. Le gagnant de la manche est celui qui a la carte la plus haute dans la couleur de l'atout.

andenne,trairies,jeu,cartes

Le gagnant de la première manche reçoit le plus gros cougnou, appelé "li prumî" (le premier). Ce premier lot est remplacé de nos jours par une petite bûche. A chaque manche, la taille et le poids du cougnou diminue jusqu'à ce qu'on arrive au plus petit appelé "li troye" (la truie). Le jeu se déroule dans la bonne humeur et s'accompagne souvent de commentaires humoristiques - voire grivois - sur la (mal)chance des gagnants et des perdants.

Rendez-vous est donc donné à tous les amateurs aux différents endroits de jeu : la boulangerie Dieudonné, au Café de l'Hôtel de Ville, chez "Piemme" à Seilles, dans la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville à Andenne, etc...

Commentaires

  • Magnifique tradition qui heureusement se perpétue.

Les commentaires sont fermés.